lundi 30 décembre 2013

Le Hobbit, La Désolation de Smaug - Peter Jackson


★★★★

Pour ceux qui n'ont pas encore vu le film, je vous déconseille de lire cette chronique

Il est toujours difficile d'écrire une chronique sur un film. Encore plus lorsqu'il s'agit d'une adaptation cinématographique de l'un de vos romans préférés réalisée, qui plus est, par votre réalisateur préféré. L'univers de la Terre du Milieu et moi, c'est toute une histoire. Dire que j'aime cet univers ce serait un euphémisme, c'est un pan de ma vie, une partie de moi. Depuis mes huit ans j'en suis fan, je suis passionnée par cet univers, par son auteur et ses adaptations cinématographiques. Cette passion passe par le fait de lire toutes les œuvres de J.R.R Tolkien - enfin de les relire plutôt - régulièrement de collectionner tout et n'importe quoi et avant, je partagerais même cette passion au travers d'un blog mais j'ai arrêté. L'année dernière, j'avais déjà eu un véritable coup de cœur pour le premier volet du Hobbit, Un Voyage Inattendu et après une longue année d'attente, j'ai enfin pu découvrir le deuxième volet des aventures de Bilbo et de la compagnie.

C'est seulement après l'avoir vu pour la cinquième fois que j'ai finalement pris mon courage à deux mains pour écrire cette chronique. La première fois que je l'ai vu lors de la séance de minuit le jour de sa sortie, j'étais perplexe. J'avais adoré le film, c'était évident mais je n'étais pas convaincue par certains points. Alors je l'ai revu une nouvelle fois et encore une fois en essayant de faire abstraction de tout ce qui a pu me déranger lors du premier visionnage. Et je peux maintenant dire avec conviction que j'ai une légère préférence pour ce volet en comparaison avec son prédécesseur. Le film n'est pas une adaptation parfaite du roman mais en mettant le roman de côté et les différences évidentes que l'on peut noter entre eux, le film en lui-même est excellent.

Alors qu'Un Voyage Inattendu était une belle introduction à ce voyage épique qui attendait Bilbo, avec la Désolation de Smaug, on entre directement dans le feu de l'action qui nous tiendra en haleine du début à la fin du film. Pour pouvoir écrire une compte rendu assez complet, je vais diviser ce dernier en plusieurs parties en m'attardant ainsi sur différents points tels que le scénario, les personnages, les points positifs et négatifs... La Désolation de Smaug débute avec un superbe flash-back à Bree où l'on retrouve Thorin Oakenshield et Gandalf au Poney Fringant, à Bree. J'en profite pour mentionner au passage le très beau Caméo de Peter Jackson à Bree qui mange une carotte en clin d’œil à son caméo dans La Communauté de l'Anneau. Puis le film reprend là où le premier volet s'était arrêté, et on retrouve avec plaisir Bilbo, les nains et Gandalf qui sont toujours en route pour le Mont Solitaire. 

Concernant les Personnages, j'ai aimé ce nouveau Bilbo, plus audacieux, plus courageux que le Hobbit frêle et effrayé par la simple idée de quitter le confort de son foyer et de se détourner de ses petites habitudes que l'on avait découvert au début de sa quête. Il a pris de l'assurance. Martin Freeman est au sommet de son art, j'ai aimé les scènes avec les araignées et avec Smaug. Gandalf est magistral. Je ne trouve pas d'autres mots pour le décrire, le voir à Dol Guldur et faire face au Nécromancien, c'était vraiment époustouflant ! Le duel entre Gandalf et le Nécromancien/Sauron est un des passages forts du film. Après avoir vu les différents bande-annonces/extraits/stills, je craignais que les nains soient effacé par la présence des elfes mais par chance, ce ne fut pas le cas même si encore une fois ici, on a pas eu de proximité réelle avec tous les nains individuellement, ce qui reste quand même compréhensible au vu de la forte quantité de personnages présents dans l'oeuvre. Certains nains se détachent quand même du groupe. Un trio en particulier. Thorin bien évidemment qui reste le leader même, toujours si imposant et fort, Balin qui est surement le nain pour lequel j'ai eu préférence, sage et attachant, et enfin...Kili. C'est vraiment le personnage avec lequel j'ai beaucoup de mal, l'importance qu'on lui a accordé dans ce film au travers de sa relation avec Tauriel ou plus précisément, le triangle amoureux entre Tauriel/Legolas et Kili fut le gros point négatif du film mais j'y reviendrai plus tard. Thranduil est sublime, le découvrir fut un réel plaisir. 

       Legolas...Il y a tant à dire sur ce personnage. Je ne fais pas partie des adeptes de l'elfe et je n'étais pas pour son retour dans Le Hobbit car il n’apparaît pas dans le roman mais ce n'est même pas cela qui me dérange car sa présence était justifiable ici, non c'est plutôt son attitude et sa manière d'être qui ont le don de m’horripiler (je pense à la scène où il tient à en équilibre sur la tête des nains tout en tirant des flèches). L'autre elfe qui tient une place importante dans le film, si ce n'est LA plus grande place c'est Tauriel. Je vais le préciser même si vous le savez tous sans doute: ce personnage n'existe pas dans les œuvres de Tolkien, il a tout simplement été inventé par Peter Jackson qui désirait mettre un personnage féminin fort dans ses films. J'étais septique, très septique quand à ce personnage et étrangement, je l'ai adoré. J'ai aimé son apparence. J'ai trouvé Tauriel très intéressante et j'ai aimé la voir se confronter aux idées de Thranduil et j'ai apprécié son poste au sein du palais de son roi ainsi que sa manière de se battre, c'est une vraie guerrière, elle a ça dans le sang. Là où j'ai vraiment été agacé c'est la mise en avant d'un triangle amoureux. Ce fait là, je n'ai toujours pas réussi à l'accepter. C'est beaucoup trop lourd dans le scénario, d'autant qu'à mon grand regret, cela prend une place importante dans le film... J'ai apprécié l'évolution de l'apparence d'Azog même si son personnage n'a pas retenu toute mon attention. Idem pour Bolg. Un personnage que j'attendais beaucoup, Beorn. J'ai été attristé par le fait que les scènes avec lui était trop courtes mais par chance, il semblerait qu'on en aura plus au travers de la version longue donc je me prononcerai plus tard sur ce personnage. J'ai vraiment adoré Bard! Je ne pensais d'ailleurs pas que j'aurais autant adoré et pourtant ce fut le cas. Et enfin, je termine avec le personnage le plus fort de ce film, le plus réussi, celui que j'avais hâte de découvrir depuis des années déjà: Smaug. Que dire à part qu'il est parfait? Son apparence est plus que réussie et WETA a vraiment fait du bon boulot, c'est évident ! Rien que pour la voix de Benedict Cumberbatch, il faut au moins voir une fois le film en VO. J'en ai eu des frissons dès qu'il est apparu à l'écran, il est grandiose. Extrêmement bien réalisé. 

Les Décors et les Effets spéciaux sont vraiment une réussite. Je prends toujours un réel plaisir à découvrir les fabuleux paysages de la Nouvelle-Zélande au travers des films de PJ mais en plus de cela, les décors tels que le Palais de Thranduil et Mirkwood sont sublimes. Vraiment très beaux, toute une palette de couleurs unique ressort dans chacun des endroits que l'on découvre dans le film. Lake-town (Lacville) est vraiment comme je me l'imaginais, on a vraiment l'impression que tout est réel, que c'est une véritable ville. Pour les effets spéciaux, il y a tant à dire et je ne sais même pas par où commencer, ou plutôt si: Smaug. Il est à la fois imposant et effrayant, c'était un vrai défi pour PJ. Mettre en scène un dragon dans un film pour un réalisateur comme lui pourrait avoir l'air d'être une tâche plutôt simple mais le faire sans reprendre un Dragon que l'on aurait pu voir dans une autre oeuvre et créer quelque chose d'unique et de magistrale à la fois l'était sans contexte. Et ce défi fut brillamment relevé. Pareil pour le Nécromancien. L'oeil était parfait avec la silhouette du Nécromancien avançant et ce fondant la pupille. Magnifique ! Les araignées quand à elles étaient encore plus effrayantes que Shelob dans le Retour du Roi.

Je me suis demandé quelles scènes, j'avais le plus aimé et moins apprécié et je pensais en faire une liste mais ce serait trop long donc je vais simplement me pencher sur quelques scènes dont j'ai moins parlé précédemment.
    - Le Prologue. Belle manière d'introduire le film avec une scène très intéressante. On y découvre la première rencontre entre Thorin et Gandalf. Par contre, le fait d'avoir mis la tête de Thorin à prix n'était pas nécessaire à l'intrigue. C'est juste une manière d'accélérer la quête.
    Les scènes dans Mirkwood (Forêt Noire) sont sublimes. On sent l'ambiance pesante qui règne. J'ai aimé le court passage de Bilbo au dessus des arbres. Les couleurs d'automne avec les feuilles et papillons sont magnifiques. La confrontation avec les araignées est, comme je l'ai déjà dit plus haut, une des scènes les plus réussies de cet opus. Mais comme pour les scènes avec Beorn, ce fut bien trop court à mon goût et j'attends avec impatience la V-L.
    - La scène des tonneaux est l'une de mes préférées. C'était surement celle que j'attendais le plus - avec Smaug. Au travers des vidéos blogs, on avait eu droit à un large aperçu des coulisses de cette scène sous toutes ses formes donc j'avais peur d'en avoir trop vu mais finalement cette scène fut largement époustouflante. 
    - La scène où Tauriel vient en aide à Kili et le soigne est sans contexte celle que j'ai le moins apprécié. C'est celle qui donne le ton à la relation entre Kili et Tauriel. Au final, l'admiration de Kili pour Tauriel ne me dérangeait pas plus que cela mais tout change avec cette scène. On voit que ce n'est pas qu'une simple ''attirance ou admiration" qui règne entre eux, non là, la romance s'installe. J'ai détesté le fait de voir une scène quasi similaire à celle où dans la Communauté de l'Anneau, Arwen aide Frodo. Cette scène était inutile.
    - La scène finale. J'ai eu l'impression de regarder la dernière minute d'un épisode final de la saison d'une série Télé avec un suspens intenable et un lourd questionnement sur les conséquences des actes des personnages. C'est du PJ dans toute sa splendeur et c'est une manière pour nous autres, spectateurs de nous tenir en haleine un an de plus. Une vraie torture mentale !

Je pense avoir oublier pas mal de détails donc je vais surement mettre à jour mon article d'ici les prochains jours. Je sais que mon avis est (très/trop?) long mais c'est nécessaire avec un film d'une telle ampleur. Ce film a largement dépassé mes attentes et je me languis déjà du troisième et dernier volet. Certes, il y a quelques éléments qui diffèrent du roman initial mais Peter Jackson a pris la décision de s'approprier l'oeuvre en y ajoutant sa touche personnelle et je respecte cela. Après tout, le Seigneur des Anneaux a eu aussi son lot de différences qui ont eu le don d'agacer les puristes mais même en tant qu'adepte et passionnée de l'oeuvre de J.R.R Tolkien, j'ai appris à faire la part des choses et j'ai su apprécier la Désolation de Smaug a sa juste valeur.

2 commentaires:

  1. Hello !
    Cela fait longtemps que je ne suis pas passée par là... Comment vas-tu ?
    J'ai fureté pour savoir ce que tu avais pensé - en bonne adepte - de DoS.
    Je te rassure : ton avis est peut-être long mais il en reste très intéressant ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Oh Coucou Livia !
    Ca fait longtemps ! Je vais bien et toi? =D

    RépondreSupprimer

Commentaires -